Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 août 2006

Miami vice (Deux flics à Miami)

medium_Miami_vice.jpg
Le film de l'année ??? Peut être.
Le polar de l'année ??? Sans aucun doute.
Michael Mann réussit là où bon nombre de se sont cassés les dents : surpasser la série télé dont est inspirée le film. Les images en DV et le son sont parfaits, comme toujours chez lui et l'intrigue bien plus profonde que dans le feuilleton. Les acteur quand à eux sont exceptionnels : Jamie Foxx, comme toujours impeccable, se fait pourtant voler la vedette, comme il l'avait fait à Tom Cruise dans Collateral, par un Colin Farrell des grands jours.
Mention spéciale à la scène drague en hors-bord entre Colin Farrell et Gong Li.

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Miami vice (Deux flics à Miami)
Réalisé par Michael Mann
Durée : 2h15
Note 17/20 (Ricardo Tubbs et Sonny Crockett sont encore meilleurs sur grand écran)
Vu le 16/08/06

jeudi, 27 juillet 2006

La raison du plus faible

medium_La_raison_du_plus_faible.jpg
Lucas Belvaux; dont le talent tant comme réalisateur que comme acteur n'est plus à démontrer, signe l'un des plus beaux films de l'année. Entre dame social façon Full monty et thriller, le film ne se laisse jamais aller au sentimentalisme facile, tout en se faisant le miroir de l'injustice de la société, le tout porté par des acteurs, habités par leurs rôles (notamment Patrick Descamps).
Mention spéciale à la scène finale sur les toits du HLM, appelée à entrer dans l'histoire du cinéma français

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
La raison du plus faible
Réalisé par Lucas Belvaux
Durée : 1h56
Note 16/20 (quand le réalisme social rencontre le talent d'un réalisateur cela donne un grand film)
Vu le 27/07/06

mercredi, 26 juillet 2006

Seconde séance : Marie-Antoinette

medium_Marie-Antoinette.jpg
Passée la magie de la première fois, le film de Sofia Coppola n'en est que meilleur tant la maîtrise technique et artistique de la réalisatrice (ah le fameux plan sur la paire de Converse…) saute aux yeux. Le mariage entre les images léchées de la cour versaillaise et la musique pop passe admirablement bien et donne une modernité étonnante au film.
Bien sûr, il faut accepter de se laisser porter par le faux rythme lancinant, qui laisse parfois place à des tourbillons enragés au risque de passer à côté du film et de s'ennuyer sec…

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Marie-Antoinette
Réalisé par Sofia Coppola
Durée : 2h03
Note : 16/20 (une réussite esthétique dans la parfaite lignée des deux précédents films de Sofia Coppola)
Vu le 26/07/06

mardi, 25 juillet 2006

Paris je t'aime

medium_Paris_je_t_aime.jpg
Magnifique ode à Paris en 18 actes, ce film a les qualités et les défauts de l'exercice de style qu'il constitue : faire évoquer Paris et l'amour par 18 réalisateurs. Si certains, souvent les meilleurs (les frères Cohen ou Wes Craven par exemple), s'en sortent magistralement, d'autres offrent des courts-métrages un peu poussifs. Mais dans l'ensemble la magie de la ville-lumière agit et c'est bien là l'essentiel.
Mention spéciale à tous les grands acteurs qui se sont mis au service de Paris !

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Paris je t'aime
Réalisation collective
Durée : 1h50
Note 15/20 (si aucune scène n'est mauvaise, celle du Faubourg Saint-Denis frôle le chef d'œuvre)
Vu le 25/07/06

mardi, 06 juin 2006

Green street hooligans (Hooligans)

medium_Hooligans.jpg
Tout est dans le titre : foot, bière et baston en Angleterre. Bien sûr il est de bon ton de critiquer la forte dose bons sentiments présente dans ce film, mais ce serait oublier un peu vite son aspect quasi documentaire sur le monde des hooligans et la réalisation léchée (presque clipesque par moments au point de magnifier la violence).
Mention spéciale aux acteurs anglais, Charlie Hunnam en tête, pour leur performance plus vraie que nature.
Attention, quelle scènes ultraviolentes.

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Green street hooligans (Hooligans)
Réalisé par Lexi Alexander
Durée : 1h50
Note : 15/20 (une très bonne plongée, qui fait froid dans le dos, dans le monde des hooligans)
Vu le 06/06/06