Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 décembre 2006

The departed (Les infiltrés)

medium_Les_infiltres.jpg
Quand Martin Scorsese réunit les deux gueules d'anges hollywoodiennes du moment (Leonardo DiCaprio et Matt Damon, tous deux parfaits en agents infiltrés des deux côtés de la loi) dans une histoire de gangsters, cela donne un film âpre, violent, sans foi ni loi, mais maîtrisé à la perfection. S'il on y ajoute un Jack Nicholson des grands jours en parrain de la mafia irlandais à vous glacer les sangs, on frôle de chef d'œuvre. Surtout que l'ensemble est porté par une bande son dantesque. Bref, le film noir n'est pas mort et ce n'est que justice que ce soit Martin Scorsese qui lui redonne vie.
Mention spéciale à Mark Wahlberg en flic au langage fleuri et imagé à souhait.

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
The departed (Les infiltrés)
Réalisé par Martin Scorsese
Durée : 1h30
Note 16/20 (la version sombre des films sur les agents infiltrés à des milliers de kilomètres de Miami Vice)
Vu le 03/12/06

samedi, 02 décembre 2006

Seconde séance : Ne le dis à personne

medium_Ne_le_dis_a_personne.jpg
La bande son, écrite en live par M (en plus des quelques reprises de morceaux phares comme le With or without you de U2…) est un chef d'œuvre qui en fait un personnage du film à part entière. Le casting est ahurissant et les seconds rôles (le terme n'a jamais été aussi mal employé) sont impeccables de Jean Rochefort et Guillaume Canet himself en ordures à Gilles Lellouche en loubard au grand cœur ou André Dussolier en père brisé. Sans oublier la beauté de Marie-Josée Croze et de Nathalie Baye.
Pour le reste, l'histoire est toujours aussi haletante que la première fois et François Cluzet court tout droit vers le César.


Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Ne le dis à personne
Réalisé par Guillaume Canet
Durée : 2h05
Note : 16/20 (un roman américain magistralement adapté par un réalisateur français, que demander de plus ???)
Vu le 02/12/06

samedi, 25 novembre 2006

Casino Royale

medium_18674703.jpg
Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur James Bond !!! Casino Royale dynamite la franchise en revenant à l'essence originelle du personnage telle que voulue pat Ian Fleming. 007 est un tueur froid, limite psychotique et, nouveauté, qui saigne et souffre dans sa chair. Il en ressort un film, noir, violent, mais jouissif, porté par un Daniel Craig qui rend à Bond ses origines de mauvais garçon et une Eva Green aussi belle que sa mère.
Quelle bonne idée d'avoir choisi de revenir sur le premier "épisode" pour recréer le personnage, loin des clichés éculés. Vivement la suite !!!
Mention spéciale à la scène de torture qui révolutionne le genre.

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Casino Royale
Réalisé par Martin Campbell
Durée : 2h18
Note 16/20 (désolé Sir Sean Connery, mais le vrai 007 c'est Daniel Craig)
Vu le 25/11/06

mardi, 21 novembre 2006

Seconde séance : Prête-moi ta main

medium_Pete-moi_ta_main.jpg
La fraîcheur et le charme de Charlotte Gainsbourg ainsi que l'humour et le côté un peu pataud d'Alain Chabat assurent la réussite de cette comédie sentimentale, digne des plus grands classiques du genre made in Hollywood. Tous les ingrédients y sont : un couple improbable, une histoire pleine de rebondissements et un happy end (pour une fois pas trop sirupeux) que l'on attend dès le début. Et comme en plus on y retrouve l'humour imparable de l'ancien Nul, auquel s'est parfaitement adaptée Charlotte Gainsbourg qui décidément peut tout jouer, que demander de plus ???

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Prête-moi ta main
Réalisé par Eric Lartigau
Durée : 1h30
Note 15/20 (quand la comédie romantique US rencontre l'humour français...)
Revu le /11/06

jeudi, 09 novembre 2006

Troisième séance : Scoop

medium_Scoop.jpg
Même avec quelques kilos en trop, des lunettes très "Sécurité sociale", un air nunuche à souhait (et parfois un appareil dentaire), Scarlett Johansson garde son charme fou, bien que moins sexuel que dans d’autres films. Et que dire du duo aussi improbable que touchant qu’elle forme avec un Woody Allen vieillissant mais survolté, qui a fait taire toute pensée lubrique envers sa partenaire au point d’accepter de passer pour son père…
Quoi qu’il en soit tout cela donne une comédie pétillante, bien qu’abracadabrantesque, ce qui n’empêche pas d’aborder avec humour et finesse les angoisses habituelles du réalisateur, notamment la mort.


Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Scoop
Réalisé par Woody Allen
Durée : 1h37
Note 15/20 (L’Angleterre réussit au plus new-yorkais des réalisateurs !!! Pourvu que ça dure !!!)
Revu le 09/11/06