Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 février 2012

Seconde séance : The Artist

the artist,michel hazanavicius,jean dujardin,bérénice béjo,john goodman,oss 117Les voilà en route vers les Oscar... et c'est peu dire que c'est mérité tant le film est maitrisé sur plan formel (à l'exception de la dernière scène prévisible à l'excès et, pour tout dire, lourde et inutile).

En revoyant le film, on réalise que le scénario est moins linéaire que prévu. Mais on apprécie surtout les performances des acteurs, à commencer bien entendu par celle de Jean Dujardin, impeccable et impressionnant de bout en bout, mais également celle de Bérénice Béjo, moins clinquante mais tout aussi excellente. Sans oublier, bien entendu, Uggy !

Bref pas grand chose à jeter.

Fiche technique

medium_ca-le-faitMu.jpg

  • The Artist
  • Réalisé par Michel Hazanavicius
  • Durée : 1h40
  • Note :15/20 (plus qu'un hommage ou un exercice de style : un grand film)
  • Revu le 06/02/12

dimanche, 04 décembre 2011

Seconde séance : L'exercice de l'Etat

L'exercice de l'EtatEt se ce film était encore plus percutant la deuxième fois ?

Cette plongée au cœur de la vie d'un cabinet ministériel est au moins aussi intéressante à revoir qu'à voir : débarrassé de l’histoire, on peut se focaliser sur les personnage et leurs rapports au pouvoir et à l'intérêt général. Si Olivier Gourmet reste excellent en ministre arriviste sans état d'âme ni conviction, Michel Blanc en dir cab intellectuellement honnête et dévoué au service de l'Etat (jusqu'à se faire virer...) est tout simplement magistral !

Un film à ne pas rater tant les résonances sont fortes avec la situation actuelle à la tête de l'Etat...

Fiche techniquethumb_topMu.jpg

  • L'exercice de l’État
  • Réalisé par Pierre Schoeller
  • Durée : 1h52
  • Note : 16/20 (à méditer en cette période...)
  • Revu le 04/12/11

dimanche, 28 février 2010

Seconde séance : Avatar

Avatar.jpg

La magie du film de James Cameron opére-t-elle toujours la deuxième fois ? Visuellement oui !!! Mieux, on apprécie encore mieux la beauté des images (Ah la faune de Pandora la nuit...). Au niveau du scénario en revanche, les lacunes apparaissent encore plus criantes que la première fois : intrigue ultra linéaire et méchant très trés méchant... et ridicule.

Mais dans le fond on s'en fout : A moins d'avoir gardé une âme d'enfant Star Wars aussi est bas de plafond niveau scénario, ce qui n'empêche qu'on ne s'en lasse pas... et bah pour Avatar c'est la même chose !!!

PS : Au MK2 Bibliothèque, il n'y a pas de petits profits : la paire de lunettes 3D est facturée 3 euros, même avec la carte illimitée... Seule nouveauté depuis décembre dernier, désormais on a droit à une lingette.

Fiche techniquethumb_topMu.jpg

  • Avatar
  • Réalisé par James Cameron
  • Durée : 2h41
  • Note : 18/20 (15 millions de spectateurs et moi et moi et moi...)
  • Revu le 28/02/10

lundi, 10 novembre 2008

Seconde séance : Quantum of Solace

Quantum of solace.jpg
Désolé Sean, George, Roger, Timothy et Pierce, mais le seul, le vrai, l’unique Bond (James Bond) c’est Daniel !!! Certes il est moins smart, flegmatique ou Old England que certains d’entre vous (même si il est nettement anglais que beaucoup d’entre vous…), mais il réellement le personnage, froid et déterminé à l’image de son regard bleu acier de tueur, créé par Sir Ian Fleming.
Mentions spéciales à l’étourdissante et éblouissante séquence de l’hôtel dans le désert qui devrait entrer au panthéon de la saga… et à Olga Kurylenko, JB girl nettement plus profonde que la première impression qu’elle laisse.

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Quantum of Solace
Réalisé par Marc Forster
Durée : 1h47
Note : 16/20 (encore meilleur la deuxième fois !!!)
Revu le 02/11/08

jeudi, 02 octobre 2008

Seconde séance : Entres les murs

Entre les murs.jpg
Radioscopie d’un collège français
Une année scolaire dans un collège difficile du 20e arrondissement de Paris résumé en 2 heures 10. Telle est la gageure réalisée par Laurent Cantet dans son film Entre les murs, très justement récompensé par la Palme d’Or lors du dernier festival de Cannes. Ni tout à fait une fiction, ni tout à fait un reportage – les acteurs, notamment les adolescents sont pourtant des non-professionnels –, ce film « adapté librement » du livre éponyme de François Bégaudeau, offre un regard lucide et sans concession sur le malaise de l’Education nationale. Tant du côté des professeurs dépeints aux prises avec leurs contradictions entre quête d’autorité et volonté de transmission des savoirs, que de celui des élèves, de toutes origines sociales et ethniques, tantôt attachants, tantôt insupportables mais jamais caricaturés.
Jamais sans doute le cinéma n’a aussi bien parlé de l’école et de ses difficultés.


Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Entre les murs
Réalisé par Laurent Cantet
Durée : 2h08
Note : 18/20 (chronique parue dans SH numéro 3187)
Revu le 30/09/08