Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 septembre 2006

Je vais bien ne t'en fais pas

medium_Je_vais_bien_t_en_fais_pas.2.jpg
Bienvenue au royaume des lieux communs : les psy sont obtus, les petits chefs racistes et vicelards, les banlieusards regardent Patrick Sébastien à la télé et il pleut en juillet en Normandie… heureusement le film de Philippe Lioret, en dehors de ses défauts et lourdeurs (les scènes d'hôpital inutiles voire grotesques), est avant tout un superbe hymne à l'amour paternel. Et puis Kad Merad, qui démontre enfin toute l'étendue de son talent, en père abattu et Julien Boisselier, qui sort enfin de son rôle de bellâtre, illuminent le film.
Mention spéciale à la scène d'amour sous la tente en pleine tempête…

Fiche techniquemedium_ca-le-faitMu.jpg
Je vais bien ne t'en fais pas
Réalisé par Philippe Lioret
Durée : 1h40
Note : 14/20 (une histoire qui vous prend aux tripes)
Vu le 16/09/06

vendredi, 15 septembre 2006

Quelques jours en septembre

medium_Quelques_jours_en_spetembre.jpg
Un film d'espions autour du 11 septembre, il fallait y penser. Avec une dose d'humour, il fallait oser. De plus Juliette Binoche, qui démontre une nouvelle fois toute l'étendue de son talent, tient le film à bouts de bras, au point d'éclipser Sara Forestier. Une grosse déception cependant : John Turturro en fait des caisses en tueur sous analyse et passe constamment la ligne jaune du ridicule…
Mention spéciale à Mathieu Demi merveilleusement sobre en banquier border line.

Fiche techniquemedium_ca-le-faitMu.jpg
Quelques jours en septembre
Réalisé par Santiago Amigorena
Durée : 1h50
Note 14/20 (le 11 septembre devient un vrai sujet de film sans que cela ne soit pesant)
Vu le 15/09/06

jeudi, 24 août 2006

Selon Charlie

medium_Selon_Charlie.jpg
Nicole Garcia a réussi un film vain et inutile. On est loin de Short cuts ou de Magnolia, qui reposent pourtant sur le même procédé narratif. C'est d'autant plus dommage qu'elle a su (comme toujours) s'entourer d'une pléiade d'excellents acteurs avec à leur tête un Benoît Magimel toujours aussi juste, un Jean-Pierre Bacri dont pour une fois l'émotion ressort sous la bougonnerie et un Benoît Poelvoorde qui démontre une nouvelle fois qu'il est tout-terrain.
Mention spéciale à scène du chaton et du lait, clin d'œil hommage à La peau douce de François Truffaut.


Fiche techniquemedium_bofMu.jpg
Selon Charlie
Réalisé par Nicole Garcia
Durée : 1h55
Note 10/20 (pour les acteurs et rien d'autre)
Vu le 24/08/06

dimanche, 20 août 2006

J'invente rien

medium_J_invente_rien.jpg
Quelle vulgarité !!! Rarement il a été donné de voir un script accumulant autant de grossièretés. Pas un personnage n'y échappe, surtout pas celui de la pourtant pétillante Elsa Zylberstein, dont on se demande ce qu'elle est venue faire dans cette galère, si ce n'est uriner dans les caniveaux…
Même Claude Brasseur en vendeur de marché beauf à souhait et Patrick Chesnais en mythomane du brevet ne parviennent pas à relever le niveau de ce film tirer vers le bas par le personnage de Kad Merad, ignoble bobo glandeur et moralisateur…

Fiche techniquemedium_a-chierMu.jpg
J'invente rien
Réalisé par Michel Leclerc
Durée : 1h28
Note 05/20 (la fin incohérente et faussement onirique confirme l'échec total de l'entreprise)
Vu le 20/08/06

samedi, 19 août 2006

The science of sleep (La science des rêves)

medium_La_sicence_des_reves.jpg
On le savait depuis ses premiers clips, Michel Gondry a son monde à lui, parfois un peu régressif, mais tellement attachant. Il le prouve une nouvelle fois en nous livrant un film onirique en transformant ce qui aurait pu n'être qu'une simple histoire d'amour (entre Gael Garcia Bernal et Charlotte Gainsbourg, tous deux parfais) en un rêve féerique d'enfant attardé.
Mention spéciale au casting français, Alain Chabat en beauf magnifique et Emma de Caunes en tête.

Fiche techniquemedium_ca-le-faitMu.jpg
The science of sleep (La science des rêves)
Réalisé par Michel Gondry
Durée : 1h45
Note 14/20 (pourvu que Michel Gondry ne grandisse jamais)
Vu le 19/08/06