Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 février 2011

Qui a envie d'être aimé ?

qui a envie d'être aimé ?Vendre ce film comme l'histoire d'une conversion est une très grave erreur du distributeur. Bien sûr, il est, un peu, question de religion, mais surtout de rapport à la famille. Et c'est bien dans cette étude d'une famille parisienne "classique" que repose l'intérêt majeur du film. Nul prosélytisme ici, mais un regard tendre et aiguisé sur un homme de 40 ans (Eric Carvaca toujours aussi bon) et sa famille... comme le résume parfaitement l'affiche de Sempé.

Mention spéciale au casting, notamment Benjamin Biolay, parfait en frère odieux et haineux (en deux scènes, il démontre qu'il est heureusement nettement meilleur acteur que chanteur), et Valérie Bonneton, toujours juste.

Fiche technique

medium_ca-le-faitMu.jpg

  • Qui a envie d'être aimé ?
  • Réalisé par Anne Giafferi
  • Durée : 1h28
  • Note : 14/20 (Eric Carvaca pourrait lire la Bible ou l'annuaire qu'il resterait convaincant...)
  • Vu le 19/02/11

 

dimanche, 13 février 2011

Na Putu (Le choix de Luna)

Le choix de LunaCe film est à voir pour au moins trois bonnes raisons :

Il nous plonge dans le Sarajevo de l'après guerre en ex-Yougoslavie avec ses plaies encore vives plus de 10 ans après la fin du conflit ;

Il dissèque de façon quasi clinique la mort d'un couple tué par l'intégrisme religieux ;

Il nous fait découvrir la talentueuse et sublime Zrinka Cvitesic qui porte à à elle seule le poids du film.

Mention spéciale à l'image d'un Islam modéré et moderne que le film défend par opposition à l'intégrisme le plus abject.

Fiche technique

medium_ca-le-faitMu.jpg

  • Na Putu (Le choix de Luna)
  • Jasmila Zbanic
  • Durée : 1h40
  • Note : 15/20 (un coup de coeur et une révélation)
  • Vu le 13/02/11

 

 

samedi, 12 février 2011

Rien à déclarer

Rien à déclarerN'en déplaise aux Inrocks et autres censeurs de pensée artistique, le dernier film de Dany Boon n'est ni nul, ni pétainiste. Pire encore, il est drôle (avec une galerie de seconds rôles hilarants)... et même sur certaines répliques très drôle !

Bien sûr, c'est un poil franchouillard (avec de gros morceaux d'acteurs belges dedans), mais comment reprocher à Boon ce que l'on encense chez Oury ? C'est pas parce qu'un film français a du succès, qu'il fait rire et qu'il ne tourne pas autour des problèmes existentiels de bobos parisiens qu'il doit être condamné !

Mentions spéciales à Benoît Poelvoorde, hilarant mais presque terrifiant, en Belge raciste et à la 4L tunée...

Fiche technique

medium_ca-le-faitMu.jpg

  • Rien à déclarer
  • Réalisé par Dany Boon
  • Durée : 1h48
  • Note : 15/20 (c'est drôle... et c'est déjà pas mal !!!)
  • Vu le 12/02/11

 

 

samedi, 05 février 2011

The Green Hornet

the green hornetMichel Gondry est un sale gosse qui s'amuse avec les millions de dollars que lui a offert Hollywood pour adapter sur grand écran un minable super-héros de télé. Et le pire, c'est qu'il le fait bien et avec beaucoup d'humour. Cela donne un héros bas de plafond, heureusement aidé par son chauffeur-homme à tout faire-karatéka, véritable héros du film (comme dans la série...), face à un méchant aussi stupide que méchant (Chrisoph Waltz en demie teinte) ; le tout filmé à la Gondry...

Mention spéciale aux rapports "gay friendly" assumés entre Brit et Kato.

Un regret cependant : la 3D n'apporte est inuilissime au possible !!!

Fiche technique

medium_ca-le-faitMu.jpg

  • The Green Hornet
  • Réalisé par Michel Gondry
  • Durée : 1h58
  • Note : 14/20 (un film de super-héros qui ne se prend pas au sérieux... ça fit du bien !)
  • Vu le 05/02/11

dimanche, 16 janvier 2011

Arrietty, le petit monde des chapardeurs

Arrietty.jpg Le Studio Ghibli n'a pas son pareil pour proposer des dessins animés haut de gamme en matière de visuel et de poésie (ce n'est sans doute pas pour rien que Walt Disney en est le distributeur en France...). Sans être un chef d'œuvre, Arrietty, le petit monde des chapardeurs ne déroge pas à la règle en étant d'une beauté formelle ahurissante, preuve que l'animation "à l'ancienne" et sans 3D n'est pas morte, sur fond de message écologiste light. Le tout sans happy-end prévisible comme dans les productions européennes et américaines.

Fiche technique

medium_ca-le-faitMu.jpg

  • Arrietty, le petit monde des chapardeurs
  • Réalisé par  Hiromasa Yonebayashi
  • Durée : 1h38
  • Note : 14/20 (quelques grammes de tendresse dans un monde de brutes...)
  • Vu le 15/01/11