Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 juillet 2006

The Squid and the Whale (Les Berkman se séparent)

medium_Les_Berkman_se_separent.jpg
L'exemple type du film surévalué par les critiques !!! Quel est l'intérêt de cette évocation éculée de la séparation d'un couple bobo de Brooklyn en 1986 ??? On n'ose imaginer le chef d'œuvre qu'un Woody Allen aurait tiré d'une telle histoire… au lieu de cela on a le droit à une bouillie servie par des personnages détestables…
Mention spéciale à William Baldwin, le seul a tiré son épingle du jeu en prof de tennis décérébré.

Fiche techniquemedium_a-chierMu.jpg
The Squid and the Whale (Les Berkman se séparent)
Réalisé par Noah Baumbach
Durée : 1h21
Note : 07/20 (et dire que Wes Anderson a produit ce film…)
Vu le 28/07/06

Stay

medium_Stay.jpg
Un thriller métaphysique au scénario aussi complexe et incompréhensible que la réalisation est léchée (parfois trop dans certaines scènes qui rassemblement plus à des clips techno qu'autre chose). Dommage, David Benioff, le scénariste, nous avait habitué à mieux, notamment avec La 25 heure.
Et surtout qui a eu l'idée d'affubler Ewan McGregor de vêtements aussi kitchs et de pantalons bien trop courts ???

Fiche techniquemedium_bofMu.jpg
Stay
Réalisé par Marc Foster
Durée : 1h38
Note 08/20 (on ressort de la séance avec les idées encore plus confuses qu'en entrant…)
Vu le 28/07/06

jeudi, 27 juillet 2006

La raison du plus faible

medium_La_raison_du_plus_faible.jpg
Lucas Belvaux; dont le talent tant comme réalisateur que comme acteur n'est plus à démontrer, signe l'un des plus beaux films de l'année. Entre dame social façon Full monty et thriller, le film ne se laisse jamais aller au sentimentalisme facile, tout en se faisant le miroir de l'injustice de la société, le tout porté par des acteurs, habités par leurs rôles (notamment Patrick Descamps).
Mention spéciale à la scène finale sur les toits du HLM, appelée à entrer dans l'histoire du cinéma français

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
La raison du plus faible
Réalisé par Lucas Belvaux
Durée : 1h56
Note 16/20 (quand le réalisme social rencontre le talent d'un réalisateur cela donne un grand film)
Vu le 27/07/06

mercredi, 26 juillet 2006

Seconde séance : Marie-Antoinette

medium_Marie-Antoinette.jpg
Passée la magie de la première fois, le film de Sofia Coppola n'en est que meilleur tant la maîtrise technique et artistique de la réalisatrice (ah le fameux plan sur la paire de Converse…) saute aux yeux. Le mariage entre les images léchées de la cour versaillaise et la musique pop passe admirablement bien et donne une modernité étonnante au film.
Bien sûr, il faut accepter de se laisser porter par le faux rythme lancinant, qui laisse parfois place à des tourbillons enragés au risque de passer à côté du film et de s'ennuyer sec…

Fiche techniquemedium_topMu.jpg
Marie-Antoinette
Réalisé par Sofia Coppola
Durée : 2h03
Note : 16/20 (une réussite esthétique dans la parfaite lignée des deux précédents films de Sofia Coppola)
Vu le 26/07/06

Bullitt

medium_Bullitt.jpg
Un film devenu culte, dès sa sortie en 1968, par la magie d'une course poursuite magistralement filmée dans les rues de San Francisco. Pour le reste, près de 40 ans après, si l'intrigue de ce polar reste efficace, force est de constater que le rythme est un peu lent et que la scène finale à l'aéroport est assez ridicule et manque singulièrement de réalisme…
Mention spéciale à Steve McQueen, donc le magnetisme reste intact plus d'un quart de siècle après sa disparition.

Fiche techniquemedium_ca-le-faitMu.jpg
Bullitt
Réalisé par Peter Yates
Durée : 1h53
Note 14/20 (ne serait-ce que pour la course poursuite qui fait désormais partie de l'anthologie du cinéma)
Vu le 26/07/06