Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 juillet 2006

Stay

medium_Stay.jpg
Un thriller métaphysique au scénario aussi complexe et incompréhensible que la réalisation est léchée (parfois trop dans certaines scènes qui rassemblement plus à des clips techno qu'autre chose). Dommage, David Benioff, le scénariste, nous avait habitué à mieux, notamment avec La 25 heure.
Et surtout qui a eu l'idée d'affubler Ewan McGregor de vêtements aussi kitchs et de pantalons bien trop courts ???

Fiche techniquemedium_bofMu.jpg
Stay
Réalisé par Marc Foster
Durée : 1h38
Note 08/20 (on ressort de la séance avec les idées encore plus confuses qu'en entrant…)
Vu le 28/07/06

Commentaires

Tu as fumé ???
Quid de l'acteur Ryan Gosling absolument fascinant ?

Écrit par : Pascale | lundi, 21 août 2006

Si tu peux m'expliquer l'histoire, je suis preneur... j'ai vraiment rien compris à la fin

Écrit par : Nico2312 | lundi, 21 août 2006

Il faudrait que je me le "remémorasse"... J'ai plus toutes les clés de la boutique après quelques semaines.

Écrit par : Pascale | lundi, 21 août 2006

Ah oui si ça me revient !!! J'ai confondu, j'ai cru que j'étais sur la note de "Slevin".
Donc, dans "Stay".... Tu as déjà entendu dire que quand tu es sur le point de mourir, tu vois un tunnel avec du blanc au bout et qu'accessoirement tu vois ta vie qui défile ou des bouts de vie... Bref, donc, le Ryan il est en train de caner et tu auras remarqué que tous les protagonistes de l'histoire sont rien moins que tous les gens qui se penchent sur lui alors qu'il est subclaquant sur le pont d'Avignon de New York... Donc le film, c'est un joli mix que nous fait Ryan dans son coma. Même pas dur.
Ne me remercie pas, je suis là pour ça.

Écrit par : Pascale | lundi, 21 août 2006

merci quand même :-)))
remarque que j'avais tout même apprécié la réalisation :-)))

Écrit par : Nico2312 | lundi, 21 août 2006

Les commentaires sont fermés.